Les effervescents et leur consommation, des marchés à conquérir, de belles perspectives, The effervescent and their consumption, markets to conquer, good prospects

Les enjeux des vins effervescents

Les analystes sont formels : les effervescents représentent l’un des grands moteurs de la consommation de vins à l’heure actuelle sur le plan mondial. 

Si la France a réussi à capitaliser sur cette tendance, elle s’évertue désormais à pérenniser la commercialisation de ses bulles, sur le marché international et dans l’Hexagone, en tirant profit des nouveaux modes de consommation. 

Des marchés à conquérir

En 2017, les exportations françaises de vins effervescents, toutes catégories confondues, ont totalisé plus de 20 millions de caisses*, soit 13% du volume global exporté. En valeur, ce chiffre grimpe jusqu’à 35%. Cette belle performance reflète, entre autres, l’envolée de la consommation mondiale d’effervescents, qui a fait un bond de 23% entre 2009 et 2016**. En France, patrie des fines bulles, les Champagnes et autres effervescents AOP se sont taillé une part de marché enviable grâce à un positionnement qualitatif et à une offre diversifiée. Issus majoritairement des régions septentrionales, ils sont privilégiés au moment de l’apéritif (59%) et pour des occasions de célébration (36%, voire 44% pour le seul Champagne)***. Leur consommation revêt un caractère relativement saisonnier : une bouteille sur cinq des effervescents AOP, passant à une sur quatre pour le Champagne, est achetée en période de fin d’année. Le marché français des bulles est caractérisé également par sa régionalisation : ainsi, si les Franciliens achètent moins d’effervescents en volume (7,6 bouteilles/an) que d’autres régions françaises (9,8), ils y consacrent un budget plus important avec 87€ par an contre 76€. Le Champagne est omniprésent en région parisienne, représentant plus d’un achat sur deux d’effervescents, comparé à 30% ailleurs, et les circuits spécialisés y jouent un rôle plus important avec 19% des achats contre 11% pour la France dans sa globalité.

 

La tendance « omni » ouvre de belles perspectives

La multiplication des nouveaux modes de consommation et circuits de distribution offre de belles perspectives pour le développement des bulles. L’apéritif est devenu un moment privilégié, démultipliant les occasions d’apprécier les effervescents, tandis que la mode des cocktails crée une multitude de possibilités pour consommer les bulles. Aujourd’hui, la consommation se veut « omni » : les circuits et les occasions se croisent, cassant les codes et ouvrant le champ des possibles en matière de typologie de produits et d’habitudes de consommation. L’engouement en faveur du brunch, par exemple, permet d’imaginer des profils d’effervescents adaptés à ce repas hybride par excellence. De même, le monde hyper-connecté des jeunes consommateurs favorise la découverte et l’évolution des styles de produits, et les rapproche de leurs auteurs, tout en nécessitant de repenser et de diversifier les circuits de distribution. Exploration, partage et expérientiel sont les maîtres-mots d’une nouvelle génération de consommateurs, qui ne demande qu’à être accompagnée dans sa quête par les acteurs de la filière. Ce sont autant de nouvelles pistes à explorer pour pérenniser à la fois les débouchés et la culture des effervescents.

 

*Source FEVS

**Source Agrex Consulting

***Kantar Worldpanel